BEATRICE LEVINSON
Auteur

Béatrice Levinson

Browsing

Définition :

« L’insomnie est la diminution de la durée habituelle du sommeil et/ou l’atteinte de la qualité du sommeil avec répercussion sur l’état d’énergie le lendemain. »

 

Trois mécanismes sont importants pour comprendre le sommeil :

1. Le rythme circadien : Il est à peu près de 24 heures.

Certaines personnes sont dites du matin (40%) et d’autres du soir (30%). C’est essentiellement génétique. Notre rythme circadien dépend de l’exposition à la lumière/noir + d’autres repères tels que la nourriture, l’exercice, et les fluctuations de la température. C’est la raison pour laquelle les aveugles ne perdent pas complètement leur rythme circadien. L’horloge du corps qui règle le rythme circadien est appelée le suprachiasmatic nucleus ; elle est composée de 20,000 neurones. (le cerveau a environ 100 milliards de neurones). Le suprachiasmatic nucleus communique des signaux au cerveau grâce à la mélatonine qui est sécrétée par la glande pinéale. La mélatonine envoie des messages au cerveau après la tombée de la nuit en lui disant : « il fait nuit ; il faut dormir ». Une fois endormi, la mélatonine diminue.

2. L’adénosine : plus vous restez éveillé, plus elle augmente, induisant le désir de plus en plus pressant de dormir, après 12 à 16 heures sans sommeil.

La caféine bloque l’adénosine en occupant les récepteurs d’adénosine dans le cerveau. Aussi, la caféine est dégradée par une enzyme du foie ; certaines personnes ressentiront les effets de la caféine bue le matin la plupart de la journée, et s’ils boivent une autre tasse de café après le déjeuner, ils n’auront pas le temps d’éliminer toute la caféine de leur système pour s’endormir facilement le soir. Voici l’ effet de la caféine sur une toile d’araignée comparé au LSD, marijuana et speed ; expérience de la NASA en 1980 :

3. Les cycles du sommeil : REM (rapid eye movement) et NREM (non-rapid eye movement) – au total un cycle de 90 minutes, qui comprend 4 phases : NREM 1 ; NREM 2 ; NREM 3 ; NREM 4 ; REM.

Au début de la nuit : NREM prédomine et sert à « nettoyer » le cerveau. En revanche, en fin de nuit : REM prédomine, accompagné de rêves, et paralysie musculaire.

Dormez vous assez ?
Si vous vous réveillez le matin en ayant l’impression que vous pourriez encore dormir vers 10 ou 11heures, vous manquez de sommeil. Si vous avez besoin de caféine pour fonctionner avant midi, vous manquez de sommeil. Si vous pouvez vous réveiller sans réveil, alors vous avez assez dormi. On a besoin de 8 ou 9 heures de sommeil. Beaucoup de personnes négligent ce besoin et se créent une fatigue chronique.
Les causes de l’insomnie:
1. Le cerveau :
Le sommeil dépend du bon équilibre des neurotransmetteurs fabriqués à partir des protéines: La sérotonine est un précurseur de la mélatonine. Le GABA (acide Gamma Aminobutyric) : effets calmants, lâcher prise, anti-anxiogène. On fabrique du GABA à partir de l’acide glutamique. La glycine est aussi un neurotransmetteur calmant du cerveau. La dopamine est fabriquée à partir de la tyrosine et phénylalanine, elle est le précurseur de l’adrénaline et la noradrénaline qui ont des effets stimulants sur le cerveau. La caféine, le stress, l’exercice favorisent la sécrétion de dopamine, adrénaline et noradrénaline, ils ne sont donc pas recommandés le soir.
2. Les excitants :
La caféine ; le sucre ; le sport, les ondes électromagnétiques ; l’exposition aux lumières bleues (écrans, télé). Aussi, le café même du matin peut affecter votre sommeil la nuit.
3. Apnée du sommeil :
Ce n’est souvent pas assez diagnostiquée.
4. Les surrénales : secrètent cortisol, DHEA, adrénaline, noradrénaline.
Le cortisol est inversement proportionnel à la mélatonine : il monte le matin et descend tout au long de la journée. On peut tester les surrénales par la salive en mesurant le cortisol. La majorité des troubles du sommeil sont du à un déséquilibre des surrénales, mais pas reconnus. Les 2 seules maladies reconnues sont la maladie d’Addison (hypo) et le syndrome de Cushing (excès). Probablement 90% de la population souffre d’un déséquilibre des surrénales mais ne le sait pas. Les surrénales sont affectées par le stress, l’alcool, le tabac, la caféine, le sucre, les stimulants de toute sorte, les émotions, et tout stress interne (pollution, métaux lourds, mauvaise digestion, etc.). Des surrénales fatiguées se manifestent par : tension artérielle basse, envie de manger du salé, un sommeil perturbé.
5. Déséquilibre des hormones :
Les hormones sexuelles et les hormones surrénaliennes ont pour même origine, la pregnénolone, elle même dérivée du cholestérol. Quand les hormones sexuelles sont déséquilibrées, elles affectent les surrénales et vice-versa.
6. La thyroïde : la thyroïde régule tous les rythmes du corps ; elle a donc un rôle à jouer dans le rythme circadien.
Le manque d’iode contribue à l’insomnie ; l’hyperthyroïdie également.
7. La Dys-glycémie : un taux de sucre instable contribue à l’insomnie ; souvent du à l’excès de consommation du sucre, qui crée des « roller coaster »
Si la glycémie est trop basse la nuit, le corps se mets en alerte et se réveille. L’alcool : « endort » le cortex préfrontal (désinhibe) dans un 1er temps ; puis fragmente le sommeil, donc il n’est pas réparateur. Il réduit le sommeil REM (rêves). Si bien que les rêves arrivent dans la journée, créant chez les alcooliques des crises de « delirium tremens ».
8. Mauvaise digestion : une digestion lourde perturbe la qualité du sommeil.
9. La lumière artificielle bloque la sécrétion de mélatonine après que le soleil se soit couché, et retarde l’endormissement.
La lumière bleue (LED) (écrans, tablettes, téléphones), empêchent deux fois plus la sécrétion de la mélatonine.
Expérience : 2 heures de lecture sur une tablette avant de dormir réduit la mélatonine par 50% comparé à la lecture d’un livre ; retarde la sécrétion de la mélatonine jusqu’au petit matin, diminue les phases de REM ; et diminue l’énergie des personnes pendant la journée.
L’hygiène du sommeil :
– Respecter les rythmes circadiens, et si possible sa propre nature (du matin ou du soir).
– Respecter les « trains du sommeil » toutes les 90 minutes.
– Dormir dans le noir.
– Dormir sans télé, sans ordinateur, sans tablette, sans téléphone.
– Dormir dans une pièce aérée, peu chauffée (18-19°); pour s’endormir, le corps a besoin d’etre 1 degré plus bas que la normale.
– Être sur de ne pas avoir froid au coucher.
– Dormir sans chat, sans chien, ou autre animal qui fasse du bruit la nuit.
– Si besoin est, porter des boules Quies (sensibilité aux bruits, ronflements).
– Se coucher et se lever à peu près à heure régulière.
– Avoir un matelas de bonne qualité.
– Éliminer les moisissures dans la chambre.
– Éliminer les allergènes potentiels (plumes, acariens, etc.)
A quoi ça sert de dormir ?
Dormir sert à la mémorisation ; concentration, augmente la créativité. En dormant, notre corps déclenche un nettoyage des toxines du cerveau grâce au système glymphatique, il va aussi réguler l’appétit et le poids ainsi que le système immunitaire. Aussi, le sommeil réduit les risques de maladies cardiovasculaires et le diabète et régule l’humeur.
Remèdes :
– Pratiquer une hygiène du sommeil
– Régler la fonction des surrénales et de la thyroïde
– Régler les problèmes digestifs
– Rééquilibrer les hormones
– Éviter les dysglycémies
– Marcher au grand air.
– Complément alimentaire : « Sommeil 30 Mélatonine » de Diet Horizon : 1 à 3 gélules au coucher.

Pourquoi faire tremper les oléagineux dans votre eau de mer ? 

J’explique à tous mes patients qu’il est important de faire tremper les oléagineux, voici pourquoi..

Les oléagineux sont particulièrement riches en vitamine E, en magnésium, en calcium et en omega-3. Pourtant il est possible d’augmenter leurs bienfaits en les faisant tremper dans l’eau de mer avant de les consommer. Les oléagineux contiennent des inhibiteurs d’enzyme, naturellement présent. Ils préservent la vitalité de ces derniers jusqu’à ce qu’ils se trouvent dans un environnement favorable à leur croissance. Ces substances interfèrent avec la digestion et bloquent l’absorption de certains nutriments par l’organisme.

Faire tremper les oléagineux dans le plasma marin permet de libérer leur inhibiteurs d’enzymes et de les rendre plus énergisants : les oléagineux se gorgeront ainsi de tous les minéraux et oligo-éléments dont votre corps a besoin !

6 bonnes raisons de tremper vos oléagineux dans votre plasma marin: 

  1. Pour supprimer les acides phytiques qui se lient avec le calcium, le magnésium, le suivre, le fer, le zinc et bloquent leur absorption.
  2. Pour neutraliser les inhibiteurs d’enzymes.
  3. Pour augmenter les quantités de vitamines, notamment les vitamines B.
  4. Afin d’encourager la production d’enzymes bénéfiques.
  5. Pour faciliter la digestion et l’assimilation.
  6. Pour rendre les protéines plus facilement disponibles pour l’absorption .

 

Les durée de trempage de vos oléagineux préférés

Amandes: 8-12H

Noix: 4H

Noisettes: 8-12H

Sésame: 8H

Noix de cajou: 2-2,5H

Graines de tournesol: 2H

 

 

(via CSBS ODEMER)

 

 

1. Qu’est-ce que l’acidité et l’alcalinité? 

C’est un concept compliqué, très souvent mal expliqué, qui entraine beaucoup de fausses croyances et de confusion.
On dit : « il faut manger des aliments alcalins pour être alcalin » = faux !
« Les viandes sont acides, donc si on mange de la viande on s’acidifie » = faux ! « Le corps doit être alcalin pour être en bonne santé » : ça ne veut rien dire !!! 

Un acide (AH): une espèce chimique capable de céder/libérer/donner un proton (H+) ; capable de voler les charges négatives des autres. 

  • H+ s’associe avec des molécules d’eau, donc l’eau est moins disponible.
  • Dans le corps : endroit acide = endroit déshydraté.
    Une base (A-): est une espèce chimique capable de capter une proton H+. En effet elle en a besoin.
    AH et A- froment un couple acido-basique.

 

 

 

 

 

 

Le pH : Potentiel Hydrogène.

Est une mesure de l’activité chimique des ions hydrogènes H+ (protons) 
en solution, souvent aqueuse. C’est une classification des produits de la nature sur une échelle en fonction de la concentration des éléments (H+): plus il y a de protons H+, plus le pH est dit acide ; moins il y a de protons H+, plus le pH est dit alcalin.
La classification des produits va de 0 à 14 : un pH de 0 le plus acide ; un pH 7 est neutre ; un pH 14 est le plus alcalin/basique (savon, chaux, soude, potasse).

– Le pH de la salive est plutôt alcalin (6,5-7,4) sinon ça attaquerait les dents.

– Le pH de l’estomac est acide (vers 2).

– Le pH de l’intestin est autour de 6.9.

– Le pH de l’urine ne reflète pas le degré d’acidité du corps, et il varie 
beaucoup en fonction de ce que l’on mange.

– Le pH du sang est de 7.4 : cette valeur reste constante.

Donc dire que le corps doit être alcalin pour être en bonne santé c’est ne 
parler que du pH du sang et rien d’autre.

 

2. Comment le corps gère t-il les acides dans le corps ? 

Le sang reçoit des produits acides qui découlent de la digestion, du métabolisme, du stress, des polluants, du mouvement de nos muscles, etc. au quotidien. C’est un phénomène NATUREL, le corps est adapté à les réguler.
Chaque fois qu’un organe ou un muscle travaille, il produit des déchets acides ; c’est un processus normal.
Exemple : Quand on respire, on produit de l’acide carbonique ; quand on réfléchit on produit de l’acide phosphorique ; quand on exerce ses muscles on produit de l’acide lactique.
Le seul problème est quand la quantité d’apport en acides dépasse la capacité de l’organisme à les traiter. 

 

3. Comment régule t-on les acides du corps? 

Pour commencer, en éliminant les acides par les reins, donc l’urine est acide (entre 5.8 et 6.8).
Par la respiration : les protons H+ s’associent à des ions bicarbonates pour former de l’eau et du dioxyde de carbone = le souffle.
Oedème : quand les 2 premiers systèmes sont dépassés, le corps dilue pour diminuer la toxicité dans le sang.
La neutralisation : grâce aux minéraux basiques (Ca, Mg, K) qui captent les protons H+ qui seront ensuite éliminés. Stockage dans des matières grasses.
Tout cela pour garder un pH sanguin stable à 7.4 mais à quel prix..?

 

4. Causes de l’acidification:


Endogènes
: interne au fonctionnement du corps.

Exogènes : environnement et alimentation.

I/ L’alimentation : certains aliments sont dit acides et d’autres dits basiques.

  • Il est dit que les protéines (animales ou végétales) sont acidifiantes : ça
    dépend ! Que les graisses et glucides sont alcalins. Ça dépend !
    Ces listes sont faites in Vitro (non pas in Vivo) et ne veulent rien dire !
    Ce n’est pas le goût qui détermine le degré d’acidité. C’est la résultante
    des produits acides et alcalins APRÈS la digestion et l’assimilation qui
    compte. Tout dépend donc de la capacité digestive et assimilative de l’individu.
    On ne prend pas en compte les micronutriments des aliments (vitamines,
    minéraux, enzymes). Le contenu micro-nutritionnel varie selon l’endroit et la manière dont les
    animaux et les plantes sont élevées. Encore plus importants est l’usage des pesticides et fongicides. Tout dépend du mélange des aliments entre eux qui peuvent se neutraliser ou pas. Au cours d’un même repas, il y a beaucoup
    d’interaction qui rendent les aliments + ou – acides / alcalins. Typiquement on mange une protéine (acide) avec des légumes (alcalins) = neutralité. 

Qu’est-ce qui acidifie les aliments ? 

Les traitements chimiques ; les produits transformés ; les fruits et légumes pas mûrs (déminéralisés) ; les terrains déminéralisés où poussent les végétaux ; la mauvaise qualité de la nourriture des animaux. 

Qu’est-ce qui alcalinise les aliments : Le contraire ! 

II/ Le stress : causes exogènes (suractivité, sport excessif, polluants, métaux lourds) et endogènes (mauvaise digestion, infections, fatigue, insomnie, etc.) 

III/ Le manque d’oxygénation : manque d’exercice et de respiration à l’air naturel. IV/ Défaut d’élimination rénale – fatigue des surrénales – congestion. 

 


5. Comment savoir si on est acidifié? 

  • Le pH urinaire ne sert à rien: les urines DOIVENT être acides ;
  • Si les urines sont alcalines, on perd ses minéraux = pas bon signe. Si filtration rénale ne fonctionne plus correctement : oedème – congestion.
  • Si épuisé = acidifié = déminéralisé
  • L’ostéoporose ; faiblesse osseuse, tendineuse, musculaire.
  • Troubles nerveux qui mènent à la neuro-dégénération ; dépression ;
    anxiété.
  • Troubles du sommeil
  • Douleurs des gencives, faiblesse des dents, cheveux, ongles. 
  • Fatigue, épuisement
  • Peau et muqueuses sèches
  • Fatigue mentale

 

Conclusion :

Les listes d’aliments acides / bases sont seulement indicatives.
Il ne faut pas essayer de manger le plus alcalin possible comme prôné
parfois. Il n’y a pas de normes globales généralisées ; tout est individuel.
Pour éviter d’être trop acide il faut : manger des aliments de qualité, bien
les digérer, les métaboliser, et les éliminer correctement.
Il faut se reposer, reconstruire ses surrénales et se reminéraliser
(Quinton).
Il faut respirer, c’est à dire marche, vélo, nager, randonnée, etc. et / ou
yoga, Taïchi, respiration consciente en plein air…
Le corps se charge du reste.

Ce titre vous surprend peut-être, mais vous serez encore peut-être plus surpris d’apprendre qu’il y a bien plus de récepteurs de la sérotonine dans les intestins qu’il n’y en a dans le cerveau! La sérotonine est un neurotransmetteur sécrété par le corps qui affecte notre humeur. En fait, si nous manquons de sérotonine, nous pouvons nous sentir déprimés. L’approche de la médecine conventionnelle est dans ces cas là, de prescrire des anti-dépresseurs. Cependant, les chercheurs d’aujourd’hui sont capables de prouver qu’un changement de la flore intestinale est en fait capable de changer l’humeur des rats de laboratoire sur le champs!

 

LES INTESTINS: Le point de départ de la bonne santé

Hippocrate, le père de la médecine a dit: “Toutes les maladies commencent dans le système digestif.” Je dis toujours à mes patients: « vous êtes non seulement ce que vous mangez”, mais plus précisément, « vous êtes ce que vous digérez. » En effet, même en supposant que vous ayiez une alimentation saine, si vous ne digérez pas correctement, alors vous souffrirez de tout un tas de maux qui ne vont pas se limiter seulement à des indigestions, mais éventuellement aussi à des changements d’humeur. Vous pouvez par exemple être intolérant aux laitages ou au gluten, et souffrir d’une irritation constante des intestins créant une malabsorption. Ou peut-être manquez vous d’enzymes digestifs parce que vous êtes stressés; ou encore avez vous une flore intestinale perturbée par la prise d’antibiotiques à répétition. Tous ces différents scénarios peuvent affecter les nombreux sites récepteurs de vos hormones, d’enzymes ou de vos neurotransmetteurs situés sur la paroi desintestins, et donc perturber non seulement votre digestion, mais aussi votre système hormonal et même vous donner des sautes d’humeur.

 

Intestins et troubles de l’humeur

Les chercheurs viennent de faire cette expérience: ils ont interchangé la flore intestinale d’une souris de tempérament très calme avec une souris de tempérament très anxieux. La souris qui était calme auparavant est devenue anxieuse, et la souris qui était anxieuse auparavant est devenue calme. Cela prouve que la flore intestinale influence l’humeur!

Dans son livre « Le Syndrome Entero-psychologique” le Dr. Natasha Campbell- McBride, explique très clairement que le dénominateur commun entre la dépression, l’hyperactivité, la dyspraxie, la dyslexie, et l’autisme est en fait la qualité de la flore intestinale.

J’ai eu le privilège d’être formée par Le Dr. Campbell-McBride, neurologue et nutritioniste Anglaise. Sa spécialité dans l’autisme, me permet d’appliquer la méthode GAPS (Gut and Psychology Syndrome) avec succès, et de pouvoir maintenant venir en aide à de nombreuses personnes se trouvant sur le spectre de l’autisme.

Par exemple, les enfants hyperactifs réagissent fortement à l’ingestion d’aliments sucrés. Pourquoi? Et bien tout simplement, parce que le sucre qu’ils ingèrent n’est pas digéré correctement, et ce sucre se met à fermenter et se transforme en molécule d’alcool (acétaldéhyde), qui affecte alors leurs comportements.

Un autre exemple: les molécules de gluten mal digérées se transforment en glutéo-morphines, et les molécules de lait mal digérées se transforment en caso- morphine… c’est à dire en opiacées! Il est alors très facile de comprendre pourquoi certains enfants ne peuvent plus tenir en place quelques minutes après avoir ingérer ces aliments. Ils sont en fait sous l’influence des dérivés d’opium. Et bien sur, cela explique aussi pourquoi ils sont en général complètement “accro” à ces aliments, car aussi bien le sucre, que le gluten, ou même les produits laitiers envoient à leur cerveau des messages de plaisir et de dépendance! Ils agissent littéralement comme des drogués, et redemandent des bonbons, des gâteaux, des boissons sucrées, des pâtes, du pain, etc… alors que ce sont ces mêmes aliments qui leur causent le plus de problèmes. C’est un vrai cercle vicieux, souvent un vrai cauchemar pour les parents, mais qui peut être heureusement résolu grâce au régime GAPS.

Qu’est-ce que la constipation?

La constipation représente des selles dures, en boulettes, difficiles à évacuer et non quotidiennes. Concernant les symptômes, on observe des douleurs abdominales, des ballonnements, gaz, sensation de ne pas avoir éliminé complètement.

Parfois, ont lieu des complications comme des hémorroïdes, fissure anale, ou fécalome. On estime que 20% de la population souffre de constipation, et 50 a 75% chez les personnes âgées. Certains personnes ne vont pas aux toilettes pendant 5, 7, 10 jours ou plus. Ensuite, ils ont des selles énormes et douloureuses, qui sont au début comme des crottes, puis de grosses selles, et enfin de la diarrhée. L’échelle de Bristol: montre à quoi ressemblent les selles. Idéalement No 3 ou 4. Elles ressemblent à une saucisse formée et lisse. Normalement, les selles doivent glisser facilement sans douleur, sans effort, sans attendre; elles ne devraient pas salir ou être malodorantes, et donnent un sentiment de soulagement. Et la couleur doit être marron foncé.

 

Quelles sont les causes de la constipation?

Pour commencer, une mauvaise alimentation entraine une mauvaise digestion. Aussi, le manque d’exercice, maladies telles que syndrome du colon irritable, hypothyroïdie, Parkinson, maladie cœliaque, sensibilité au gluten, intolérance au lait, diverticulose, etc. Parfois, ce la vient des médicaments: opioïdes, antiacides, hypotenseurs, antidépresseurs, fer, etc ou même d’un abus des laxatifs: le côlon devient alors paresseux et dépendant et entraine un manque d’acide gastrique.

On remarque aussi que c’est dù à un manque d’enzymes pancréatiques ou un manque de production de bile: avec fréquemment des calculs biliaires ou lithiase. Concernant le Dysbiose: toujours !!! Les bactéries bénéfiques jouent un rôle crucial dans la production d’enzymes, la formation et l’élimination des selles. Les espèces les plus utiles sont les bifidobactéries et les souches saines d’E. coli.

Elles produisent des enzymes; stimulent les parois du côlon à produire du mucus pour la lubrification. Repeupler avec des bactéries bénéfiques est la chose la plus importante à faire pour traiter la constipation! Le manque de stimulation nerveuse via le nerf vague peut aussi être une cause. Enfin, la fatigue des surrénales et le dysfonctionnement de l’axe cerveau-intestins entraine une constipation.

 

Que faire pour soulager la constipation?

Pour aller d’abord au plus simple: boire plus, utiliser des fibres comme l’acacia, psyllium, pectine de pomme, graines de chia et graines de lin. On préconise aussi de faire de l’exercice.

Concernant les laitages, pour la constipation il vaut mieux des produits laitiers riches en matières grasses tels que le ghee, le beurre et la crème sure, et non pas les produits laitiers riches en protéines tels que le yogourt, le petit lait, le kéfir et le fromage. On peut privilégier les légumes lacto-fermentés ; Kvass de betteraves ; Milkshakes GAPS.

Aussi, la purge du foie et de la vésicule biliaire peut aider au soulagement. On peut également utiliser des compléments comme l’ acide alpha-lipoïque ; MSM ; Prébiotiques ; probiotiques ; Quinton ; Magnésium glycinate ; Spiruline, chlorelle, ou algue bleue Klamath…

D’autres petites techniques: prendre de l’huile d’olive à jeun le matin. Remplacer les viandes sèches par de la viande gélatineuse. Manger des abats, en particulier le foie. Faire des cataplasmes d’huile de ricin sur l’abdomen.

Occasionnellement : purges avec huile de ricin, ou cascara sagrada ou séné, mais pas de façon régulière, car ils rendent le colon paresseux

Enfin, les suppositoires à la glycérine peuvent être utilisés. On peut aussi mettre un tabouret sous les pieds pour se soulager et stimuler le nerf Vague. On utilisera 5HTP ou GABA ou Tyrosine qui peuvent aider l’axe intestin-cerveau.

 

Les lavements

Les lavements peuvent être faits avec de l’eau, du sel marin, de la camomille, des probiotiques ou du bouillon, et même au cafe. Après un lavement, on peut faire un implant de probiotiques à partir de petit lait, kéfir, yaourt, jus de légumes fermentés, de probiotiques.

 

Comment restaurer la flore intestinale?

Nous avons une épidémie de flore intestinale appauvrie. Pour la restaurer il faut d’abord éliminer les causes potentielles: Aliments irritants, métaux lourds, les infections chroniques, réduire l’exposition au stress et gérer les réactions au stress, réduire l’exposition aux champs électromagnétiques.

Deuxièmement: nourrir la flore intestinale avec des aliments fermentés et probiotiques.

 

Conclusion

La constipation est un symptôme moderne dû à une flore intestinale perturbée. Elle peut mener à des maladies dégénératives graves: Parkinson, autisme, cancer et infections graves et/ou une pléthore de symptômes !!!

Notre flore intestinale est semblable aux racines d’une plante; Si elle est perturbée, la plante ne peut pas pousser correctement. Nous ne pouvons pas fonctionner ou nous développer correctement si notre flore intestinale est déséquilibrée.

C’est la clé de la plupart des problèmes de santé!

En Janvier 2021, je démarre mes cours de Naturopathie en Ligne!

Mon but est de partager mes 30 années d’expérience et de pratique afin de vous permettre d’améliorer votre santé et celle de vos proches. Cet enseignement s’adresse à tous ceux et celles qui souhaitent approfondir leur connaissance du corps, afin de préserver ou d’améliorer leur état de santé. Les cours se dérouleront le mercredi soir de 19h00 à 22h00, de Janvier à Décembre 2021, sur 9 mois, par zoom.

Les cours seront essentiellement théoriques, mais je vous donnerai aussi des recettes pratiques (bouillons, aliments fermentés, jus frais, abats, desserts peu sucrés et sans farine, etc.)
La théorie inclura les bases essentielles d’anatomie-physiologie-pathologie du corps, et l’ensemble des méthodes que j’utilise, applicables directement à votre santé, celle de votre famille, ou de votre entourage.

Voici le programme: 

1. La digestion: mercredi 27 janvier 2021
– Anatomie / physiologie /pathologie
– La flore intestinale
– Tests du système digestif
– Application et remèdes naturels aux troubles digestifs: bouche, estomac,  foie, vésicule biliaire, pancréas, intestin grêle, et colon.
– Comment faire du bouillon de viande ou d’os et recettes.

2. Le système hormonal: mercredi 24 février 2021
– anatomie / physiologie /pathologie
– Les glandes: pinéale, hypophyse, hypothalamus, thyroïde, surrénales, gonades et pancréas.
– Causes de leur dérèglement
– Tests possibles (sang, salive).
– Application: remèdes basés sur résultats des tests.
– Comment faire des légumes lacto-fermentés et recettes.

3. La Thyroïde: mercredi 24 mars 2021
– Anatomie / physiologie / pathologies
– Causes des dérèglements
– Tests sanguins complets de la thyroïde
– Applications pratiques / remèdes naturels et la place des médicaments.
– Comment faire des laitages fermentés et recettes.

4. Les Surrénales: mercredi 21 avril 2021
– Anatomie / Physiologie / pathologies
– Causes des dérèglements
– Comment les tester correctement avec la salive
– Remèdes pratiques
– Cuisiner les abats : pourquoi comment et recettes.

5. Le système nerveux: mercredi 23 juin 2021
– Anatomie / Physiologie / Pathologies
– Le cerveau
– Le système nerveux autonome
– Le système nerveux périphérique
– L’importance des graisses saturées pour le système nerveux.
– Cuisiner avec les graisses animales et végétales.

6. Le système cardio-vasculaire: mercredi 21 juillet 2021
– Anatomie / physiologie / Pathologies
– Le mythe des graisses animales
– Qu’est-ce que l’athérosclérose – prévention et traitements
– Prévention des infarctus et AVC par l’alimentation et compléments alimentaires.
– Recettes pour un système cardio-vasculaire en pleine santé !

7. Les différents régimes alimentaires: végan, végétarisme, crudivorisme, dissociations alimentaires, macrobiotique, GAPS, AIP (Auto-immune Protocole), Paléo, Cétogène, FODMAP : mercredi 22 Septembre
– Les avantages et inconvénients de chaque régime.
– Leurs applications spécifiques par pathologie.
– Recettes: Jus de légumes; desserts crus, recettes GAPS.

8. Qualité des aliments et des compléments alimentaires: mercredi 27 octobre 2021
– Ou trouver des aliments sains? Animaux élevés correctement, en respect avec la nature.
– Effets des aliments sains sur le corps vs. aliments dénaturés.
– Comment choisir vos compléments alimentaires ?
– Quels sont les critères de qualité ?
– Recettes desserts sans sucre.

9. Les organes d’élimination: Reins, foie, poumons, peau = émonctoires: mercredi 22 décembre 2021
– Leurs fonctions – leurs physiologies
– Comment les aider : brossage peau, bains, lavements, exercices de respiration, etc.
– Programmes de détoxification: purge du foie, cures de detox. pour les reins, le foie, la peau, et les poumons.
– Compléments alimentaires choisis pour chaque émonctoire.
– Recettes facilitant la détoxification.

 

La médecine naturelle que je pratique est dite fonctionnelle. C’est une enquête menée au plus profond du corps, afin de comprendre les causes multiples de ses dérèglements. C’est tout le contraire d’une médecine de « bobologie », qui ne m’intéresse pas. 

Je demanderai à chaque participant de s’engager sur l’année entière. Le coût par trimestre est de 240€, dûs en Janvier, Avril, et Septembre. Possibilité de payer en une seule fois, avec une remise de 10%, soit un total de 648€ au lieu de 720€.

Minimum de participants: 10
Maximum: 20.
Réponse souhaitée avant le 20 décembre 2020, et premier paiement avant le 10 janvier 2021.

Ce serait un plaisir de vous avoir dans mes cours l’année prochaine.
J’attends votre retour, et vous souhaite une Santé Vibrante !!!
Bien à vous,

Béatrice

IPSN : Les laits industriels sont-ils une alternative crédible à l’allaitement ?

En tant que naturopathe, je suis la première à recommander l’allaitement, qui est, de toute évidence, l’aliment idéal du bébé. Hélas, dans la réalité de la vie, ce n’est pas toujours possible. Que vous reste t’il alors comme alternatives au lait maternel ?

IPSN : Comment sont fabriqués les laits infantiles ?

Le lait en poudre pour bébé est du lait de vache écrémé, pasteurisé, puis enrichi de protéines solubles et poudres de lait. On ajoute ensuite du lactose, du glucose, de la maltodextrine de blé ou de maïs. Tous ces ingrédients sont des sucres ! Viennent ensuite des vitamines synthétiques, des minéraux, et des acides aminés. La mixture est homogénéisée avec des graisses végétales et de la lécithine de soja. Puis, le mélange est pasteurisé de nouveau, concentré et séché à 75°C. A cela sont ajoutés des adjuvants et stabilisants tels que l’aluminium. Ces concoctions, même présentées comme une alternative « idéale » par les compagnies pharmaceutiques qui les produisent, n’est pas à mon avis, la meilleure alternative pour la bonne santé des bébés.

IPSN : Quelles sont les alternatives les plus naturelles pour nourrir votre bébé avant l’âge de 6 mois ?

Avant que les laits en boite n’existent, il y avait des nourrices, ou alors on donnait des laits animaux aux bébés, et ils ne s’en portaient pas plus mal. Mais à notre époque, les choses ont bien changé.

  1. Le problème du lait de vache : les vaches de nos grands-parents broutaient tranquillement l’herbe des prés et n’étaient pas soumises aux horreurs de l’industrie laitière d’aujourd’hui : confinées, nourries avec des céréales poussées aux pesticides, stressées, elles donnent un lait dénaturé et contaminé de bactéries qui doit être traité d’emblée par antibiotiques. Le lait est ensuite pasteurisé à haute température (UHT), et homogénéisé. Ce lait est indigeste pour tout être humain, et spécialement pour le nourrisson puisqu’il ne contient plus ni probiotiques, ni enzymes digestifs nécessaires au petit estomac encore immature.
  2. Le lait de chèvre reste un meilleur choix puisque jusqu’à ce jour, l’homme n’a pas réussi à les confiner, donc elles broutent l’herbe (aliment idéal pour elles) ce qui donne un lait riche en vitamines A, D, et E nécessaires au développement du bébé. Encore faut-il que ce lait ne soit pas pasteurisé à haute température. Toute pasteurisation UHT (Ultra Haute Température) détruit les vitamines, enzymes, et probiotiques nécessaires à l’assimilation/digestion du lait. Alors où trouver ce lait ? Soit à la ferme, si vous avez la chance d’habiter près d’un éleveur de chèvres ; soit vous trouverez un lait pasteurisé au bain-marie de la marque Bernard Gaborit. Il est important de savoir que le lait de chèvre est plus riche en protéines que le lait maternel, il faut donc le diluer avec de l’eau.
  3. Le lait de jument est en général très bien toléré par les nourrissons, mais quasi impossible à trouver cru, à moins d’avoir une jument proche de chez vous ! Vous le trouvez en magasin Bio, en poudre en boite, et cela reste acceptable, même s’il c’est une solution chère.

IPSN : Et les laits végétaux ?

Tous les laits végétaux (soja, riz, amandes, coco, etc.) manquent de nutriments indispensables essentiels au développement du bébé, tels que les acides aminés, graisses, et vitamines naturelles. Je pense qu’ils sont à éviter à tout prix. Le lait de soja est particulièrement problématique, puisque riche en ostéogènes, ce qui peut créer des déséquilibres hormonaux aussi bien chez les filles que chez les garçons.

En résumé : si vous ne pouvez pas allaiter, je conseille de tester (car tout reste individuel) :

  • En premier le lait de chèvre frais. S’il ne passe pas bien, on peut éventuellement le faire fermenter sous forme de yaourt ou kéfir maison, et ensuite le diluer dans un peu d’eau pour le faire passer dans un biberon. En effet, la fermentation permet de pré-digérer le lactose et la caséine.
  • En deuxième choix, un lait de chèvre pasteurisé à basse température.
  • En troisième choix, un lait de jument.
  • Quatrième choix : un lait de vache Jersiaises (Bernard Gaborit) élevées en plein air et Bio.
  • Enfin, je conseille d’ajouter un probiotique en poudre à diluer, appelé le bifidobacterium infantis, toujours présent dans le lait maternel, mais pas dans les laits animaux. Un bébé en pleine croissance a besoin de macronutriments (protéines, lipides, glucides) contenus dans les laits animaux. Il lui faut aussi des micronutriments (vitamines, minéraux, et enzymes). Ces derniers ne sont présents que si l’animal est élevé et alimenté naturellement ET si ce lait n’a pas été dénaturé par haute pasteurisation et homogénéisation. Il faut être particulièrement vigilant sur les apports :
  • en vitamine B12, essentielle pour le développement du système nerveux central et périphérique,
  • en vitamines A, D, E, qui sont essentielles à la protection des membranes cellulaires.

 

Interview par Augustin de Livois

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer tient son nom du psychiatre et neurologue allemand Aloïs Alzheimer, qui découvre en 1906 des symptômes de déclinaison progressive des fonctions cognitives qu’il associe à des lésions cérébrales spécifiques. En effet, c’est la forme la plus commune de démence pour laquelle il n’ y a pas de traitement. En fait, les symptômes s’aggravent au fur et à mesure que la maladie progresse. En 2006, il y avait 26,6 millions de personnes souffrant d’Alzheimer dans le monde mais les prédictions sont 1 personne sur 85 atteintes en 2050.

Concernant les symptômes, ceux du début sont souvent ignorés et perçus comme normaux en fonction de l’âge de la personne. En gros, ils sont liés à la perte de la mémoire courte. Pour diagnostiquer cette maladie il existe différents test comme: des tests de capacités et de comportement, un scanner du cerveau ou des biopsies du cerveau après la mort.

Au cours de la maladie, on observe une progression. En effet, le patient connait plusieurs phases: on débutera par des confusions, une irritabilité accompagnée par des sautes d’humeur ensuite. Puis, des troubles du langage, une perte de mémoire à long terme, l’isolation, la perte des fonctions motrices, et enfin, la mort. On dit que 1 senior sur 3 meurt avec la maladie d’Alzheimer ou une autre forme de démence mais les causes sont encore inconnues. On sait qu’il y a des plaques et des « enchevêtrements » dans le cerveau.

 

Qu’est ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative du système nerveux central due à la destruction des cellules qui produisent de la dopamine dans la substance noire (cerveau central). Les causes sont encore inconnues mis à part l’exposition aux pesticides (Agent Orange utilisé pendant la guerre du Vietnam).

Concernant les symptômes, les précurseurs sont: tremblements, rigidité des membres, ralentissement des mouvements, difficultés à se maintenir en équilibre et à marcher. Plus tard, les patients rencontrent des problèmes de cognition et de comportement avec éventuellement de la démence, de la dépression, des troubles du sommeil, des problèmes émotionnels et la perturbation des organes des sens. Pour diagnostiquer la maladie de Parkinson, on se base sur les symptômes, et les images du cerveau.

Pour combattre les premiers symptômes, les médicaments à base de dopamine aident mais deviennent inefficaces au fur et à mesure de l’évolution de la maladie. Aussi, ils provoquent de la dyskinésie (mouvement involontaire). On se souvient notamment de l’acteur Michael J. Fox, l’actrice Sylvie Joly, La couturière Sonya Rykiel, ou encore du boxer Muhammad. 

 

L’approche Naturopathique – Causes et Mécanismes:

Pour commencer, on peut parler de la perméabilité intestinale, elle est due à des intolérances alimentaires, des infections froides chroniques, les métaux lourds, la pollution, etc. Elle provoque une élévation des cytokines, cellules inflammatoires. Cette inflammation compromet éventuellement la barrière hémato-encéphalique, et « attaque » les cellules du cerveau, créant une neuro-inflammation. Et, on le sait, Alzheimer et Parkison sont des maladies inflammatoires.

Ensuite, on sait que la manque de sommeil peut causer des maladies. En effet, il affecte la régénération des cellules cérébrales. On sait aussi que le corps a besoin de cholestérol car il est nécessaire pour la protection des cellules cérébrales. “Il existe une corrélation indéniable entre les statines et un nombre important de maladies qui incluent le diabète, maladie de Lou Gerig, les neuropathies, la maladie de Parkinson, l’arthrite, la perte de mémoire, et les crise cardiaques » de www.Thinkmind.org.

Autres causes, le manque de circulation. Il entraine un manque d’oxygène et donc un manque de nutriments vers le cerveau, ce qui contribue au déclin des facultés cérébrales. Aussi, il y a le manque d’acide gras essentiels comme les graisses saturées ou l’Omega 3, qui protègent les neurones et cellules cérébrales. On peut aussi avoir vécu une exposition aux produits chimiques, qui causerait des maladies en endommageant les cellules du cerveau lié à une oxydation. Ces maladies peuvent également être causées par des traumatismes crâniens puisqu’ils vont détruire ou causer des dommages directement aux cellules cérébrales. Les problèmes de méthylation endommagent aussi les cellules cérébrales car ils représentent un manque d’absorption de vitamine B12 ou de folate (vitamine B9).

Enfin, 90% des Parkinsoniens ont des anticorps anti-dopamine.

 

Nous vieillissons tous indéniablement, le cerveau également, mais la question est: à quelle rapidité? Est-ce trop tard? Est-ce permanent? Les dégâts vont-ils continuer à s’aggraver? Que pouvons nous faire?

Les Neurotransmetteurs

Le manque d’Acétylcholine: manque de mémorisation photographique, manque du sens d’orientation, perte de mémoire, cerveau lent. Le manque de GABA: anxiété ou panique sans raison, difficulté à stopper les pensées en boucle, se sentir débordé sans raison, être désorganisé, manque de lâcher prise, difficultés à s’endormir. Le manque de Sérotonine: dépression sans raison, incapacité à ressentir de la joie/du plaisir de nos relations sociales, des amis, hobbies, musique, nourriture, etc., se sentir déprimé par manque de soleil / lumière, manque d’intérêt pour la vie. Le manque de Dopamine: pas d’espoir, pas de self-estime, incapacité à gérer le stress, manque de motivation pour commencer et / ou finir des tâches, besoin de caféine pour se concentrer, dépression

 

Les signes avancés

Lorsque les patients franchissent ce stade de la maladie, ils sont en incapacité de travailler professionnellement. En incapacité à apprécier la vie ou a se repérer dans l’espace et ont des tremblements.

 

Le cerveau sévèrement atteint

À ce stade, on constate des maladies neuro-dégénératives, une incapacité de contrôles la vessie, des obstructions fécales et une incapacité de digérer. Aussi, une incapacité à gouter et à développer des relations sociales et les patients deviennent dépendants des autres pour les tâches au quotidien.

 

 La vraie médecine anti-âge est de maintenir un cerveau qui fonctionne. 

 

Que faire pour garder un cerveau sain ?

Avant tout, gardez en tête que la nutrition est la clé pour prévenir de nombreuses maladies. Concernant le cerveau, on privilégiera des aliments riches en nutriments, faciles à digérer et pauvres en toxines; on conseille de manger des graisses animales! On réparera le syndrome de l’intestin poreux avec un protocole tel que GAPS ou autre (Paléo, AIP, cétogène). Important aussi, on maintiendra un équilibre de taux de sucre dans le Seng et on veillera à avoir un sommeil de qualité, réparateur et suffisant.

Aussi, on peut prendre des acides gras essentiels tels que des huiles de poissons, de l’huile de foie de morue, huile de sésame et d’olive et réduire l’oxydation avec la glutathion, vitamine E, Nacethyl-cysteine, acide alpha lipoïque, N-acethyl-carnitine, et CoQ10.

Également, Réduire l’inflammation avec Curcumine et Resveratrol et Augmenter la circulation sanguine en faisant de l’exercice, et en oxygénant le cerveau.

On pourra aussi, compenser d’éventuelles mutations génétiques de folates (acide folique) avec 5- MTHF.

On conseille chez les patients ayant une déficience de prendre de la vitamine B12 et d’arrêter les processus auto-immuns avec : régime GAPS, rééquilibre de la flore intestinale, réparation de la muqueuse intestinale et rééquilibrage du système immunitaire.

Il faudra aider la production et l’équilibre des neurotransmetteurs avec GABA, 5HTP, précurseurs de dopamine (Mucuna pruriens), et acétylcholine (alpha- glycérophosphocoline).

Et avant tout, éviter de prendre des médicaments non indispensables (surtout les statines) qui peuvent compromettre la bonne fonction du cerveau.

 

Références :

l’intestin au secours du cerveau : Dr. David Perlmutter M.D.

Ces glucides qui menacent votre cerveau : Dr. David Perlmutter M.D.

Un cerveau sain dans un monde toxique : John Gray

Why isn’t my brain working ? Dr. Datis Kharrazian D.C.

Stop Alzheimer Now : Bruce Fife N.D.

The Mood Cure : Julia Ross M.A

 

Nombre d’entre vous me demandent fréquemment: “Pourquoi tant de personnes réagissent-elles au gluten aujourd’hui”? Est-ce un phénomène de mode? Est-ce à cause des médias? Est-ce dû au fait que l’on mange plus de gluten qu’avant? Quelles sont les causes réelles d’une telle épidémie?

Voici en résumé mon avis sur les multiples raisons pour lesquelles la population fait maintenant face à une réelle épidémie d’intolérance au gluten:

  1. Le gluten d’aujourd’hui n’est plus ce qu’il était il y a 60-70 ans! Lorsque nos grands-parents mangeaient du gluten (contenu dans le blé, le seigle, et l’orge), les graines n’en contenaient qu’environ 10% à 20%, alors qu’aujourd’hui elles en contiennent environ 90%! Pourquoi ce changement? Simplement pour rendre ces graines plus résistantes aux intempéries et aux insectes!
  1. Dans le temps passé, les graines récoltées à la main étaient laissées dans le champs sur place en paquets ficelés afin de les faire sécher pendant environ une semaine avant d’être séparées de la paille. Ce temps de séchage réduisait le pourcentage de gluten tout naturellement.
  1. Dans le temps passé également, après avoir été séparées de la paille, les graines étaient stockées dans l’étable, où elles séchaient encore un peu plus longtemps, parfois toute une année avant d’être utilisées. Ce temps de séchage encore une fois, permettait au gluten de s’évaporer un peu plus. Ce temps de séchage permettait aussi de diminuer d’autres particules, appelés anti-nutriments tels que les oxalates et les phytates. Aujourd’hui, les graines sont immédiatement transformées en farine après la récolte, ne laissant aucun temps pour que le gluten et les anti-nutriments puissent s’évaporer.
  1. Une autre raison importante est en rapport avec la façon de faire le pain. La manière traditionelle de faire le pain était de le faire lever avec un levain naturel fait d’eau, de farine, et de sel. Ce processus lent (il faut environ une semaine pour préparer un levain) permettait de réduire encore un peu plus la teneur en gluten. Par contre, le pain moderne est fait en utilisant des levures chimiques ou des levures de boulanger, qui font lever la pâte très vite avant de la cuire, et ne permettent pas au gluten de s’évaporer.
  1. Je ne vous ai pas encore évoqué les raisons les plus importantes pour lesquelles les gens réagissent au gluten aujourd’hui! Non seulement les graines de blé, de seigle, ou d’orge d’aujourd’hui contiennent beaucoup plus de gluten qu’avant; non seulement les farines et les pains sont fabriqués de manière trop rapides comme expliqué ci-dessus, mais des facteurs encore plus détrimentaux sont dû au fait que les graines modernes sont maintenant modifiées génétiquement (OGM), ET sont pulivérisées de pesticides tels que Roundup! Plusieurs études faites sur des rats et des porcs ont démontré que ces pauvres animaux nourris aux OGM développaient des tumeurs cancéreuses énormes sur la tête et à l’estomac!
  1. Le pire et le plus dangereux facteur contribuant aux intolérances au gluten est l’usage du pesticide Glyphosate contenu dans le produit Roundup, qui est développé et vendu par la compagnie Monsanto. Glyphosate est l’ingrédient principal du produit “Roundup”. Le Dr. Stéphanie Seneff, PhD a passé les 10 dernières années de ses recherches à étudier la relation entre l’usage de Roundup et les épidémies d’autisme, d’Alzeihmer, et des maladies cardiovasuclaires. Le blé, le maïs, et le soja sont souvent pulvérisés de Roundup juste avant la récolte. Cela signifie que toutes les céréales de blé, de maïs, et de soja et leurs dérivés (farines, pains, biscuits, etc) qui ne sont pas certifiés biologiques, sont pulvérisées avec du Roundup / Glyphosate, juste avant la récolte.

Monsanto affirme que Roundup est inoffensif pour les humains, et affecte uniquement les plantes en bloquant un processus appelé “shikimate”, ce qui a pour effet de tuer les mauvaises herbes. Mais le docteur Seneff souligne que les bactéries intestinales humaines sont elles-mêmes dotées d’un processus Shikimate (CONTRAIREMENT à ce que Monsanto prétend)! Ce qui signifie en résumé que Roundup / Glyphosate tue les bactéries intestinales humaines, et donc par conséquence, tue les êtres humains à petit feu!

Les bactéries intestinales humaines sont une des premières lignes de défense du système immunitaire, car elles contrôlent les pathogènes de l’intestin tels que les virus, les levures, et les parasites. Les bactéries intestinales influencent 90% de toutes les cellules du corps; elles synthétisent les acides aminés; elle produisent les neurotransmetteurs tels que la sérotinine; elles produisent les vitamines telles que la B12 et l’acide folique; elles chélatent les métaux lourds, et bien plus encore…! Il est donc évident qu’en détruisant la flore intestinale, notre santé se retrouve très très compromise!

Glyphosate est présent dans le lait maternel des mères Américaines, entre 760 et 1600 fois plus que la limite autorisée dans l’eau potable en Europe! Et pour aggraver encore les choses, des produits chimiques non- testés car classifiés comme “inertes” sont ajoutés au Roundup. Pourtant selon une étude de 2014 par le BioMed Research International, ces produits chimiques sont capables d’amplifier les effets toxiques de Roundup (Glyphosate) plus de cent fois!

Donc, le gluten est-il une VRAIE épidemie? Bien sur qu’il l’est… car non seulement le pourcentage de gluten dans les céréales d’aujourd’hui est bien plus élevé que dans le passé, mais le pire c’est que les céréales d’aujourd’hui sont empoisonnées par des produits chimiques extrêmement toxiques (GLYPHOSATES)! Si une persone ingère des céréales empoisonnées, il est alors bien sur complètement logique que le corps réagisse contre ces céréales!

CONCLUSION: N’achetez pas de céréales (gluten ou pas) qui ne soient pas certifiées Biologiques! Ensuite, même si vous achetez des céréales biologiques, il faut vous tester (soit en retirant cette céréale de votre alimentation pendant 30 jours, soit en faisant des tests sanguins) afin de savoir si vous êtes intolérant ou pas. Si vous êtes intolérant, alors ne mangez plus de gluten, sinon vos riques de développer des maladies auto-immunes sont TRÈS élevés!

Dans l’intérêt de votre Santé,

Béatrice Legras-Levinson, Naturopathe Spécialisée GAPS et Nutrition Fonctionnelle.

Béatrice Legras-Levinson, Naturopathe, spécialisée GAPS consulte sur rendez-vous à Antibes et à Paris en personne, mais aussi par SKYPE, FaceTime, ou Téléphone en Europe et aux USA. Si vous désirez prendre rendez-vous avec Béatrice Levinson, ou si vous avez des questions, écrivez lui à contact@beatrice-levinson-gaps.com et vous recevrez une réponse dans les 24 heures.